Raid In France 2018 : ARWC sur l’Ile de la Réunion [la finale]
5 novembre 2018
Organisateurs : un point sur la licence FFTRI, FFCO et FFPM
13 novembre 2018

Organiser le ravitaillement d’un trail

Combien faut-il de bananes pour le ravitaillement d’un trail ? Quelle quantité d’eau prévoir pour les ravitaillements ? Les questions reviennent souvent sur le groupe facebook des organisateurs de course. Comme nous participons aussi activement à l’organisation d’événements, nous avons décidé de partager notre expérience et surtout regrouper l’avis d’autres organisateurs sur le sujet. Voici donc des quantités non exhaustives pour proposer un ou plusieurs ravitaillement sur votre course.

Les différents types de ravitaillement

On peut imaginer deux types de ravitaillement : le ou les ravitaillements de course et le ravitaillement d’arrivée. Vous n’y proposerez pas la même chose car les coureurs ne consomment pas la même chose selon :

  • l’état d’avancement dans la course : un coureur ne s’arrête pas forcément longtemps en début de course et aura tendance à profiter plus du ravitaillement en fin de parcours. Il y a aussi des aliments inutiles à prendre en fin de course qui n’auraient même pas le temps le temps d’être assimilé par le corps.
  • la saison : un ravitaillement d’eau peut suffire sur un parcours l’hivers là ou deux voire trois seraient nécessaire l’été si il fait chaud.
  • le fait qu’il est en course ou après course.

Sur des épreuves de plus de 20 à 25 km, vous pouvez commencer à proposer des aliments qui ont un apport en glucide et en sel, en prenant soin d’éviter de charger l’estomac d’aliments difficiles à digérer (ex : une choucroute ou un kébab :). A l’arrivée par contre, vous pouvez vous lâcher et faire plaisir aux coureurs ! Le ravitaillement d’arrivée est un des derniers points de passages du coureur sur votre course, il s’en souviendra alors ne le décevez pas.

Que proposer sur des ravitaillements en course ?

Des aliments faciles à assimiler et en lien avec le type d’effort que vous proposez. Le pain d’épice sur un 10 km par exemple, cela ne servira à rien pour les coureurs, alors que sur un trail de 35 km, ce sera tout de suite plus intéressant !

A boire : eau et autres boissons ?

L’eau est l’élément indispensable pour le coureur. Selon la saison et le kilométrage, vous allez devoir disposer plus ou moins de points d’eau. En général, on peut compter un point d’eau tous les 10 km sur les courses longues (30 km et plus, et un seul ravitaillement à mi-chemin sur les courses de moins de 20 km). Il faut prévoir de l’eau que le coureur va consommer sur place au ravitaillement mais aussi prévoir des réserves d’eau pour remplir les sacs de trail. Des jerricans ou fontaines avec robinets sont plus pratiques à utiliser par les coureurs que les bouteilles d’eau, mais vous pouvez aussi en mettre à disposition, notamment pour permettre aux coureurs de faire leurs mélanges.

Comptez 25 à 30 cl par coureur en moyenne (bien sûr cela va varier selon la saison et la distance)

Sur les ravitaillements de trails, on retrouve régulièrement des boissons énergétiques ou des sodas type coca cola ! La consommation exclusive de coca cola dans la pratique du trail n’est pas conseillée, mais quelques gorgées de ce breuvage apportera aux coureurs surtout du bien être et un apport en sucre. Vous pouvez aussi proposer des boissons énergétiques, mais il n’est pas conseillé quand on court des longues distances de découvrir des produits le jour J, ne sachant pas comment le corps va l’assimiler. Le coureur aura plutôt tendance à consommer ce qu’il connaît, n’hésitez pas à annoncer à l’avance le type ou la marque de la boisson énergétique que vous proposerez sur votre ravitaillement. Placez quelques bouteilles de sirop type menthe, citron ou menthe peut aussi vraiment faire plaisir au coureur.

Comptez 15/20 cl par coureur en moyenne

A manger : fruits et gourmandises ?

Les aliments secs que l’on retrouvent souvent sur les ravitos :

  • du pain d’épice et/ou du 4 quart et/ou barres de céréales
  • des chips, cacahuètes ou autres gâteaux salés
  • des pâtes de fruits
  • du chocolat noir
Par coureur, comptez en moyenne : 1/2 tranche de pain d’épice, 2 carrés de chocolat et 2 pâtes de fruits. Pour les gâteaux secs : 30 à 40 par personne

Les aliments frais sur les ravitaillements :

  • du fromage : prenez plutôt du fromage à pâte dure type emmental (le maroilles et le chaoursse, c’est bon mais difficile à proposer sur un ravito)
  • du saucisson ou des morceaux de jambon en dés
  • des fruits

Oranges et bananes sont les fruits que l’on retrouvent le plus souvent sur des ravitaillements de trail. La pomme peut aussi faire plaisir aux coureurs. L’orange apporte principalement du sucre et de la vitamine C mais comme elle comporte 90% d’eau, elle hydrate aussi les coureurs. Coupez les oranges en 8 et proposez-les avec la peau ! Coupez la banane en 2 ou en 3 puis proposez-la aussi avec la peau (le coureur pourra la manger sur place ou l’emporter plus facilement). Dispersez des fruits secs (type raisin, c’est ce qui reste toujours en dernier, mais aussi figues). Pensez aux poubelles pour récupérer ces déchets verts, même si ils sont biodégradables, ils faut les ramasser !

Par coureur, comptez en moyenne : 1/2 banane, 1/4 d’orange et 1/5 de pomme

Autre chose ?

  • Le bouillon de soupe avec les vermicelles peut vraiment faire plaisir au coureur : mais ce n’est valable que pour les trails longs, pas la peine de prévoir de la soupe ou des repas chauds sur un trail de moins de 50 km !
  • les petits sandwichs et les plats chauds (idem que la soupe, pas nécessaire sur un trail court)
  • la soupe d’arrivée, que ce soit soupe maison, soupe bouillon, soupe en brique ou légumes surgelés mixés : tout dépend de votre temps et de votre budget. Comptez 20 cl par personne en moyenne
  • Il y a aussi des aliments qui font du bien au coeur plus qu’au corps (des bonbons)

Comment prévoir un ravitaillement de course ou d’arrivée  ?

Arrangez-vous pour que votre ravitaillement soit toujours garni ! Quelle frustration de fermer une course et d’arriver à un ravitaillement sur lequel il ne reste plus que 5 chips et 2 peaux d’oranges à moitié digérées ! Idem pour le ravito sur la ligne d’arrivée. Dites vous que plus le coureur sera lent, plus il aura besoin de profiter du ravitaillement et plus il sera frustré si il ne reste rien. Dosez les quantités pour que chaque coureur ait la même chose, ne mettez pas tout en même temps. Coupez les fruits au fur et à mesure, ouvrez les paquets en allant pour éviter le gaspillage.

Annoncez sur votre site web l’emplacement des ravitaillements pour que le coureur puisse prévoir en conséquent, et n’hésitez pas à détailler le contenu du ravitaillement (cela évite d’avoir à gérer les échanges par mail quelques jours avant la course).

Un ravitaillement, combien ça coûte ?

En général, il faut compter entre 0.5€ et 0.75€ par coureur pour le ravitaillement de course et 1 euro environ pour le ravito d’arrivée (soupe, sandwich)

Voici des exemples de calcul :

  • Les bananes : 1,2 euros le kilo (6 bananes), donc à raison 1/2 banane par coureur, vous pouvez compter 1 kilo pour 12 coureurs, soit 0.10 euros par coureur.
  • Les oranges : 1.7 euros le kilo (5 à 6 oranges), donc à raison d’1/4 d’orange par coureur, vous pouvez compter 1 kilo pour 20 à 30 coureurs, soit 0.05 euros par coureur.
  • La soupe en brique : 0.85 euros le litre, si vous la coupez un peu avec de l’eau (parfois la soupe est épaisse), vous pouvez arrondir à 0.60€ le litre, soit entre 10 et 15 centimes par coureurs pour 20cl.
  • La soupe maison (pour 30 litres) : 3 kg de carottes (1.20€ le kg), 3 kg de poireaux (1.20€ le kg), 4 kg de pommes de terre (0.9€ le kg) : environ 11 euros pour 30 litres, soit 0.40€ le litre, soit entre 8 et 10 centimes par coureur (pour 20 cl).
  • La soupe maison avec des sacs de légumes surgelés : 1€ le sac de 1 kilo pour 2.5 litres de soupe, ce qui revient à 7 ou 8 centimes par coureurs pour 20 cl
  • Le pâtes de fruits : 4 euros le kilo, environ 80 pièces. A raison de 2 par coureur en moyenne, cela coûterait autour de 0.10€ par coureur.
  • Le chocolat noir : il y a 24 carrés par plaquette de chocolat, comptez 2 carrés par coureur en moyenne.
  • Le sandwich sur la ligne d’arrivée : pour 1/4 de baguette, compter 1/3 de tranche de jambon et/ou 2 tranches type gruyère ou camenbert, du beurre :

Nous remercions les organisateurs de trails qui ont acceptés de nous partager leur fichier excel avec les produits et les quantités, cela nous a permis de sortir ces moyennes et rédiger cet article. Merci tout particulièrement aux trail de pierrefonds, à Aurélien Collet, à la saut’trail, la Pont’Oise, la 14-18 et les p’tites lucioles. Si vous avez des questions ou des remarques sur cet article, n’hésitez pas à vous exprimer en commentaire ou sur le groupe facebook des organisateurs de courses

Voici une liste de prix par produit, bien évidemment, ne commandez pas tout !!

Limiter les déchets sur les ravitaillement, quelques astuces

Les gobelets en plastique

Vous achetez encore des gobelets en plastique ? Pourquoi ne pas obliger le coureur à amener son écotasse ou écocup ? Le poids est dérisoire, vous limiterez vos dépenses, cela vous évitera d’avoir à ramasser des gobelets ou en oublier sur la voie publique.

Les bouteilles en plastique

Idem, on a la chance d’avoir de l’eau potable assez facilement dans nos régions : l’achat de jerrican peut représenter un coût la première année mais cela vous évitera d’avoir à acheter systématiquement des bouteilles d’eau. Moins de déchets et moins de coûts pour vous. Par contre, il faut les bras capables de remplir les jerricans et les acheminer jusqu’au ravitaillement.

Organisez vos déchets sur place

Cela sera plus facile à trier sur place qu’en rentrant au centre de course. Prévoyez des sacs pour trier le plastiques ou les déchets alimentaires. De même prévoyez une zone pour que les coureurs puissent déposer leurs déchets accumulés pendant la course

Vous avez apprécié cet article ?

Cliquez sur une étoile !

Appréciation / 5. Nombre de vote :

As you found this post useful...

Follow us on social media!

We are sorry that this post was not useful for you!

Let us improve this post!

Jérémy Vaucher
Jérémy Vaucher
Entre courir et écrire, mon cœur balance. D'ailleurs c'est souvent quand je cours que je pense à ce que je vais écrire : en général ce sont des tutoriels pour les coureurs, des tests de matériel ou des astuces pour aider l'organisateur à mieux organiser son trail, raid multisports ou tout autre type d'événement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *