Sur le salon du running 2019
26 mars 2019
Comment exporter vos listes pour le jour J ?
14 juin 2019

Raid Gallicea

Cette fois, c’est en Espagne que l’équipe ADEORUN Adventure ira chercher des balises, dans le Nord de l’Espagne plus précisément en Gallice. Nouvelle équipe, nouvelles têtes : ce sont Annick B, Judicael S, Yannick R et Jérémy V qui seront les porteurs de la carte cette fois ! Ca va les changer de rester scotcher derrière leur ordinateur à suivre les autres ! C’est un beau raid de 500 km et 14000 mètres de D+ dans une région très verte en bordure de l’Atlantique qui les attend !

Tout pour suivre :

Le récit de l’aventure

Au moment où Rémi, Daniel, Stéphanie et Raphael franchissaient la ligne d’arrivée du RIF à la Réunion, Yannick nous envoyait un SMS « bon les gros, c’est quand qu’on s’y met » ? Cela faisait 150 heures qu’on suivait l’évolution du team sur la finale de la coupe du monde. Judicael et moi n’hésitons pas une minute et Annick accepta de jouer le rôle de la féminine C’est décidé, c’est le Raid Gallaecia que nous avons choisi pour notre première manche en coupe du monde ARWS. Pourquoi le Gallaecia ? On vous explique tout ça dans l’article ! Découvrez le récit de notre aventure, la vidéo, quelques extraits de cartes et bien sûr un peu de photos !

L’adventure Race, c’est un format de course sur plusieurs jours en autonomie en équipe de 4 (dont 1 femme min). Le Raid Gallaecia affiche un beau programme : 500 km, 14.000 mètres de D+ avec du VTT, du trek, du kayak et un peu d’activité pour bonobo (via ferrata, grotte, rappel)

Pourquoi le raid Gallaecia ?

C’est un raid en Europe, ça nous a rassuré de ne pas aller trop loin pour une première : eau potable partout, facilité de transport, course pas trop chère, carte IGN comme chez nous, une liste de matériel pas trop exigeante : parfait pour se faire la main !

L’avant course

C’est un vrai délire à organiser son premier ARWS : les google doc se remplissent, le matériel est regroupé, les stratégies sont élaborées ! Il est temps de partir, ça fait 3 mois que nous faisons semblant de ramer sur l’Oise pour passer le temps, nous avons hâte de faire nos premières foulées en Galice !

Coté préparation physique, point trop n’en faut pour moi (Jérémy). J’ai fait un peu plus de vélo que de course, et un peu plus de kayak que boire de bière. On a quand même fait un samedi un peu choc 3 semaines avant (vidéo). Les cuisines et les vérandas sont transformées en stand de brocante, le grand jour approche !

Comme le roadbook est dévoilé plusieurs jours avant (synoptique, distances, D+), nous arrivons à estimer nos temps de course mais aussi nos calories pour chaque section !

Nous prenons soin de bien préparer nos petits sacs de bouffe par section : la difficulté réside dans le fait d’en prendre assez mais pas trop car l’organisateur nous confie uniquement 2 caisses de 70 litres pour 4 (une caisse A et une caisse B), qu’on verra à tour de rôle sur certain PC ! Autant vous dire que 70 litres pour 4, cela ne laisse pas beaucoup de place pour le superflu !

De la bouffe !

Step 1 : trek 40 km

Pas de pression ! Comme c’est ma première aventure race, je veux juste aller au bout et découvrir le type d’effort. Pour Yannick, c’est pareil ; pour Judi et Annick par contre, c’est leur seconde expérience, mais ils avaient été cuté du RIF. L’envie est donc la même : finir ensemble, en full race .

L’organisateur nous distribue les cartes des 3 premières sections (VTT 40 km , Trek 40 km et VTT 130 km). Nous avons une petite heure devant nous pour tracer un maximum ! On apprend en même temps qu’il n’y aura pas de sommeil obligatoire !

Retrouvez toutes les cartes de l’aventure ici -> les cartes

Traçage des 3 premières sections

Les fauves sont lâchés sur une première section de 40km de VTT au cœur de la Galice. On découvre le terrain de jeu : des petites collines pas trop hautes de 400 à 500 m de D+. Beaucoup d’éoliennes (non cartées), ce ne sera pas forcément des bons repères !

On avance à notre rythme, on se met dans la carte à tour de rôle pour s’imprégner du terrain : IGN au 25.000, c’est confort pour les yeux, mais pas forcément plus simple étant donné le réseau important de chemins ou de pistes.

La section passe crème, nous arrivons tous en forme à la transition, c’est plutôt rassurant car il reste 450 km à faire.  C’est parti pour le premier trek !

Transition : démontage vélo, remplissage des gourdes : 10-15 minutes

Carte au 25.000 ème, j’ai trouvé que c’était la plus belle partie du raid ! Premier 4 pattes dans un roncier pour trouver une trace, première traversée de rivières puis première galère pour trouver une petite trace ! On décide taper le sommet à l’azimut, on aura eu beaucoup de chance d’avoir un flan très propre. Balise 4 validée, on décide d’être plus prudent pour les suivantes et le trek de 40 km et 1500 m de D+ s’enchaîne bien.

Nos azimuts à travers la pampa sont propres, on lit bien les courbes et tout se déroule pour le mieux du monde ! Premier contrôle surprise de l’arbitre au poste 6 : “est ce que vous avez tous un slip ????” Tout est ok pour nous, on s’enfuie à bon train vers la sortie de section.

La course est déjà bien étalée, une bonne heure nous sépare des équipes de tête quand nous arrivons sur le rappel, du coup pas de bouchon pour nous ! Nous nous équipons et descendons le gros cailloux avec plaisir !

Judicael nous sort un coup de maître avec la balise 9 posée sur un petit rocher en croisement de chemins ! On prend soin de bien s’alimenter et de bien boire. Comme les villages sont inexistants sur cette section, c’est dans les rivières que nous remplissons nos gourdes Fin de section et transition VTT à 21h00.

Transition : montage vélo, remplissage des gourdes, repas, pause : 45 minutes

Step 3 : VTT 135 km (5500m D+)

Le PC3 est sur la place du village. 3 espèces d’énergumènes jouent de la musique hurlent dans leur micro en taquinant un peu trop fort leur distorsion de guitare ! C’est un supplice pour les oreilles mais nous prenons quand même 45 minutes pour nous préparer à la section la plus grosse du raid. La nuit est en train de tomber, nous partons pour nos 135 km de VTT. On occulte ce détail de nos esprits et on avance, balise par balise. 3 heures plus tard, la brume est épaisse et le froid se fait assez vite ressentir sur les crêtes. Il y aura eu quelques galères cette première nuit, avec notamment

  • une chute de Yannick dans les barbelés
  • une mauvaise crevaison sur la tranche du pneu (qui en appellera donc d’autres)
  • une sortie de carte entre le poste 13 et 14.

Au levé du soleil, la niak est toujours là, l’équipe avance à son rythme !

Dans une descente en milieu de matinée, nous retrouvons une équipe espagnole arrêtée sur le bord de la route. Nous entrons dans un buis-buis pour boire un café avec eux : c’est aussi ça l’esprit raid !

Nous prenons notre première heure de sommeil sous les douceurs des rayons du soleil de midi, à coté d’un petit cimetière (au calme) ! L’après midi s’enchaîne, le D+ et les balises aussi : “Annick : tu vois la colline la bas ? Et bien nous allons sur celle encore derrière niark niark niark

Impossible d’éviter le D+, c’est très très bien tracé ! Annick s’accroche comme une guerrière et dévale les descentes tout sourire !

La dernière interbalise est monstrueuse, sans faire d’erreur nous mettons plus d’1h30 pour faire l’interposte, matez moi ça !

Nous arrivons à la grotte à 22h pour faire la via ferrata et aller poinçonner le poste souterrain ! Fin de section à minuit, bien heureux de décoller nos fesses de la selle après 27 heures de vélo !

Transition T3 (fin VTT, avant kayak) : démontage vélo, 1  heure de ravitaillement (on trouve un resto) et une heure de sommeil (on trouve un coin de carrelage au chaud).

Step 4 : kayak (30 km)

Dans l’équipe personne ne rêve du kayak, surtout qu’il fait nuit noire et qu’on sait que la rivière bouge un peu.

Il y a une règle que nous n’avons pas pu respecter : arriver avant 20h au départ du kayak pour avoir droit de naviguer sur les 15 premiers kilomètres de la rivière. Si en début de raid nous pensions être large sur cette barrière, c’est tout l’inverse qui s’est produit. En arrivant à minuit au départ kayak, l’organisateur nous a expliqué qu’on devrait faire les 15 premiers km à pied (ce qui n’est pas pour me déplaire). En arrivant à l’embarcadère, il est 2h du mat, il fait froid et je n’ai aucun envie (mais alors aucune) de faire le mariole dans un kayak ! Un bénévole nous explique que, contrairement aux équipes parties du PC 15 km en amont, toutes les affaires de la transition doivent être chargées dans notre embarcation : du coup nos kayaks sont très lourds ! Sur l’eau, la brume est vraiment épaisse, on ne voit pas à 10 mètres. On entend par contre les rapides d’assez loin. D’un commun accord avec Yannick, on décide d’être prudent et ne pas aller à la baille. Nous aurons tenu notre engagement 5 minutes ! Premier rapide : à l’eau. Heureusement que nous avions tout mis en sac étanche et que tout était accroché au mousqueton ! Plus loin, un arbre en travers total de la rivière nous oblige à faire un choix à l’aveugle et nous diriger vers ce que nous pensions être un passage !

Notre kayak se coince sous l’arbre et une fois de plus nous passons de longues minutes à l’eau ! Derrière, Judi et Anick suive notre trace et prennent le bouillon aussi ! Nous croisons deux équipes qui ont décidé de passer la nuit sur la rivière et d’attendre que le soleil se lève pour continuer la navigation. Trempés jusqu’aux couilles coudes, nous décidons d’avancer. L’aurore apporte du réconfort mais aussi un sérieux coup de pompe. Tout le monde baille aux corneilles, les yeux se ferment tout seul ! Le kayak, c’est d’un chiant !!! Un élan de motivation nous reprend en arrivant à l’embouchure, mais dame nature décidera de nous donner une dernière leçon d’une heure en deux parties « Partie 1 : la marée, comment lutter en canoé » et partie 2 « Comment bien galérer avec les bancs de sables » !

Tout le monde est très assidu à la leçon et nous trouvons malgré tout les portes nous permettant d’accéder à l’AT4. Il est 8h40, nous en avons fini avec notre seconde nuit, nous sommes à mi-chemin !  A l’AT4, une maîtresse d’école a décidé de montrer la transition à ses élèves, on leur donne un cours de soin vétérinaire en enlevant nos chaussettes !

Transition : 1h45, 20 minutes de sommeil, on se change et on se refait une santé (repas, soleil)

Step 5 : trek (72 km)

Nous partons en milieu de matinée, le soleil est au rendez-vous ! Le profil semble plutôt plat en bord de mer, nous enchaînons bien les postes le long de la côte, d’abord sur une belle carte IOF, puis sur des cartes IGN.

En début d’après midi, un coup de pompe nous oblige à faire une pause d’une heure (nous trouvons un bâtiment abandonné pour nous abriter du vent). En fin d’après midi, nous marquons la fin de la section « mer » du trek en achetant une glace, c’est le cœur vaillant que nous rentrons dans les terres pour notre section de nuit ! A ce moment là, personne dans l’équipe n’aurait cru qu’il nous restait encore 12 h de trek pour les 3 dernières balises !

La montée est un “succèchec” ! Succès car nous suivons remarquablement un azimut pour nous emmener au poste. Echec car nous perdons 45 minutes à monter dans les épineux, en y laissant beaucoup d’énergie (foutue trace que nous ne trouverons jamais) ! On le paiera dans les heures qui suivent !

La nuit est longue, les deux interbalises sont interminables. En milieu de nuit, l’équipe n’avance plus ! Nous nous arrêtons une heure sous le porche d’une église mais le sommeil n’est pas récupérateur, il fait froid et on décide de reprendre la route ! En fin de nuit, nous trouvons une grange pour nous reposer : vous savez, le genre de petit coin de paradis « trop parfait ». Le lieu est isolé, la porte est ouverte, aucun chien ne nous gueule dessus, un ballot de paille nous attend tout au fond. Nous nous blottissons tous les 4 sous le foin pour prendre une nouvelle fois une petite heure de sommeil ! Eclat de rire quand le coq s’est mis à brailler à 5 mètres de là, dans la minute qui a suivi notre installation !

Nous avons beaucoup marché sur ce trek mais nous avançons toujours, tout va bien ! Les portes horaires sont confortables maintenant, nous prenons le temps de bien profiter et ne prendre aucun risque ! En fin de section (à la gare), nous dormons une nouvelle fois une heure dans un parc de jeu pour enfant !

Transition : 1h45, 1 heure de sommeil, montage vélo

Step 6 : VTT 20 km (600m D+)

Section courte, propre et nette ! Pas de difficulté, on monte nos bosses en maudissant le dénivelé, pas d’erreur de navigation. La descente est du bonheur, l’arrivée au gymnase se fait sans encombre.

Arrivée 15h00, transition courte

Step  7 : Trek 20 km + paddle

Une section courte, avec peu de piège ! Nous avançons vraiment bien, pas d’erreur d’orientation. De petites choses simples se transforment en véritable festin de Noel ! Nous trouvons une branche d’oranger qui dépasse sur un chemin, un régal !

Le bonus de cette étape, c’est une section paddle (2 qui marchent, 2 qui rament). Yannick et Annick se mettent à l’eau tandis que Judi et moi transportons leurs sacs et chaussures de l’autre coté du lac. Nous arrivons à courir sur la section, c’est que tout va bien ! Le temps commence à montrer des signes de dégradation, pas cool pour le finish

Arrivée 20h30, grosse pause, sommeil 1h15. Montage vélo

Step 8 : 100 km VTT,

Difficile de faire des estimations mais nous remarquons deux choses sur les cartes : il y aura des interpostes très roulants et aussi d’autres très techniques, et très longs ! Nous décidons de domir avant de partir, pour essayer d’avoir notre prochain coup de fatigue au petit matin (et pas en pleine nuit sous la pluie). Il pleut quand nous partons, nous enfilons les goretex puis nous arrivons sans encombre au premier poste, le barrage. La brume est épaisse et le second poste est dans les hauteurs.

Nous galérons dans les traces et nous nous recalons sur la route jaune tant bien que mal. Le poste suivant, toujours dans la brume fût lui aussi compliqué, tout comme la sortie de poste ! Un peu plus bas, nous enchaînons deux crevaisons et Annick chute dans les pierres ! Elle deviendra alors la guerrière au coquard ! La fin de nuit ne s’arrange pas, avec une énorme galère autour du poste 41. Nous rattrapons à cet endroit les deux équipes espagnoles devant nous, et ratisserons un village abandonné, avant de comprendre qu’il ne s’agit pas du bon village. Avant de placer une nouvelle attaque, nous nous recalons puis nous dormons une heure dans un pré, dans le but de remettre les idées en place !

Aucun de souci pour la suite, le soleil se lève, et même si le temps reste humide, la nuit est belle est bien derrière nous, nous savons que c’était la dernière. Les derniers kilomètres de vélo en bord de mer ne sont pas aussi faciles que nous le pensions, avec d’interminables coups de cul ! Nous en finissons après 20h de selle, il ne nous reste plus qu’une épreuve

Step 9 : kayak + trek

Quand nous approchons du bord de mer, nous pensons que l’épreuve sera annulée ! Trop de vent, trop de houle ! Au moment d’embarquer, il pleut toujours mais la mer s’est calmée, ça doit être l’effet de la baie !

Je fais faire demi-tour à mes équipiers après 15 min de navigation, j’ai oublié le GPS !!!! Nous ne sommes plus à ½ heure près maintenant, mieux vaut ne pas prendre de risque pour finir Full Race ! La navigation se fait sans encombre, on débarque pour pointer les postes, on embarque, on débarque puis finalement on rame de nuit !

La dernière balise est bipée au pied de l’hôtel puis dernier kilomètre pour rentrer dans le port et déposer nos kayaks ! On se change rapidement puis nous rejoignons enfin le centre ville pour pointer l’arrivée !!! Un grand bonheur !

Le récit plus perso de Jérémy ->
https://www.jeremy-vaucher.com/raid-orientation/raid-gallaecia-2019-premier-arws

Merci à Tingerlaat de nous avoir protégé du soleil pendant cette longue semaine en Espagne ! Grâce à cette crème, une seule application le matin suffit à être protégé toute la journée, malgré la transpiration. Nous remercions aussi MX3 pour le partenariat, grâce à eux nous avons pu embarquer des lyophilisés sur notre course et manger des plats variés chaque jour !

La vidéo (notre caméra embarquée)

La vidéo de l’organisation

5 jours de courses résumés en 15 minutes, super reportage !

110 heures de course, l’arrivée

Et voilà ! Après un kayak terminé de nuit, l’équipe a franchit l’arrivée en full course (110 heures).

J 5 100h00 de course !!!

Ils ont parcouru environ 400 km, après un trek difficile ils gardent le sourire ( et Jérémy son casque ). Ils sont sur le dernier vtt qui ne leur a pas posé de difficultés en orientation sauf peut être la balise 41. Judi porte son sac en position ventrale ? Annick admire ses chaussettes ! Et Yannick se demande apparemment ce qu’il fait là ? Après le vtt il leur restera du Kayak avant l’arrivée. C’est bien partie pour qu’ils soient en full course , un véritable exploit !!!

J 4 Enfin quelques photos du team Adéorun

Ils en sont à 76h00 de course et on parcouru 320 km. Ils viennent de terminer un gros treck de 70km parcouru en 23h00 !!!! Ils ont dormi au moins 4h00, ce doit être dur et la fatigue doit commencer à peser. J’ai l’impression que Annick rêve d’une bonne douche. Sinon sur les photos ils ont l’air plutôt en forme et ont le moral. Ils ont entamé une section vtt qui va les conduire sur un trail ( avec une section paddle ). Pendant ce temps là le Team Yéti vient de gagner le course, énorme performance . Nos deux autres équipes françaises sont pour l’instant 3ième pour Naturex et 4ième pour Absolu raid. L’aventure continue !!!

J 3 Le Team Adeorun vient de passer les 48h00 de course.

Après 48h00 de course ils ont parcouru 250km et ils progressent bien.
Ils ont pris le temps de se reposer 2h30 après le vtt. Etant de nuit ils ont dû transporter le kayak pendant 2H30 sur la route avant d’arriver sur la zone d’embarquement, en effet la nuit il y a avait une zone de la rivière où la navigation était interdite. Ils viennent de terminer le kayak et viennent d’entrer dans le top 10. Il vont commencer un gros trek de 70km, je pense qu’ils vont être plus dans leur élément sur cette section. Ils sont fort nos aventuriers !!! Envoyer leur des messages d’encouragement sur ce lien ;
https://tracktherace.com/en/raid-gallaecia-2019/race

J 2 Déjà 16h00 sur le vtt et il en reste !!!

Ce vtt est interminable. Déjà 16h00 qu’ils sont sur le vtt et il en reste. Comme écrivait Jérémy sur le road book “changement de slip à la fin de la section” je pense même qu’il va devoir utiliser le Mitosyl de Gabie. Entre 2 un petit rappel qui a dû lui faire perdre quelques repères !!!!

J 1 Après 11H00 de course les choses sérieuses commencent !!!

Nos raideurs ont terminés les 2 premières sections. Ils sont 13ième avant de débuter leur 1ière nuit avec une énorme section de vtt ( 133 km et 5300 m de D+ ). Ils ne vont certainement pas beaucoup dormir et passer une longue nuit sur le VTT. Voici le description de la section 3
https://tracktherace.com/en/raid-gallaecia-2019/live/stages/s3-la-noche-o-tu-solo-puede-quedar-uno ça fait rêver !!!!

J 1 Le départ ! Au programme 37,5 km de vtt suivi d’un treck de 40 km.

Pour suivre notre équipe préférée voici le lien du live
https://tracktherace.com/en/raid-gallaecia-2019/live

Pour l’instant tout va bien sur la 1ière section pour Adéorun, les premières balises n’ont pas posé de problèmes.

J-2 Il est grand temps de s’entraîner !

Et oui d’habitude je suis sur le terrain mais cette fois ci je vais assurer le suivi de mes potes courant sous les couleurs de Adéorun. Plus spécialiste du raid que de l’écriture sur un site voici mon premier essai. Ne pas faire de faute ( merci Angélique ). Essayer de mettre de belles photos. Rester calme quand les copains vont partir sur la mauvaise piste ou jardiner à 50 mètres du poste ? Se mettre en condition ( voir la photo ).

J-5 : matériel ok ?

Presque ! Comme on a eu le détail de chaque section en avance, on a pu grâce aux calculs savants de Yannick “estimer à la louche” les temps de course mais aussi les calories, et préparer nos petits sacs de bouffe ! Pour le reste du matériel, on embarque tout et on verra sur place car on sera limité à 35 litres par personnes (bouffe et affaires)

J-7 : frontales Stoots

On compte sur les Frontales Stoots pour illuminer nos nuits, ce sera l’occasion de mettre a mal les 3 modèles ! Les avantages de ces petites loupiotes, c’est bien sûr leur poids plume mais aussi le fait que la lampe se fixe en un clips sur la pile ronde. Super facile a déclipser pour passer du support casque VTT au bandeau de tête pour les treks !

J-6 : box VTT ok !

J-10 : dernière ligne droite

Opération design : stickers, autocollants, logotage, optimisation de la boîte de transport VTT. Pour toute ce qui est création graphique et marquage publicitaire, nous faisons confiance à Ludo de PAO Publicité. Le travail est en cours !

Synoptique !

Une autre façon de voir les choses : voici le synoptique avec le détail des épreuves, les kilométrages ! Dans l’équipe Yannick prépare les checklist de matos sur chaque section, les estimations de temps ainsi que les calories nécessaires à embarquer !

J – 20 : demandez le programme

Le détail des épreuves a déjà été publié, l’équipe va pouvoir prendre le temps de préparer correctement ses transitions ! A priori ça sera un raid pour les rouleurs vous ne trouvez pas ?

J – 21 : entraînement team

Nous avons profité du week-end de Pâques pour faire une sortie de cohésion : 4h de CO puis 5h de canoé et 4h de VTT en forêt de Compiègne, le compte rendu de la soirée en vidéo !

Teaser : un aperçu du terrain

Vous avez apprécié cet article ?

Cliquez sur une étoile !

Appréciation / 5. Nombre de vote :

Jérémy Vaucher
Jérémy Vaucher
Entre courir et écrire, mon cœur balance. D'ailleurs c'est souvent quand je cours que je pense à ce que je vais écrire : en général ce sont des tutoriels pour les coureurs, des tests de matériel ou des astuces pour aider l'organisateur à mieux organiser son trail, raid multisports ou tout autre type d'événement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *