L’option « Mini site web » pour votre course !
20 février 2018
Sur le salon du running 2018
13 mars 2018

Adeorun Adventure au Bélize

Nous n’avons pas encore eu l’occasion de vous parler de Adeorun Adventure ? Nous sommes le 20 février 2018 : alors que votre thermomètre extérieur affiche difficilement 0 degré, une équipe franco-belge s’apprête à s’envoler pour les 30 degrés du Bélize et prendre le départ du Maya Moutain Adventure. Avant tout, posons les bases : qui compose Adeorun Adventure ? Où est le Bélize ? Quel est le programme du Maya Moutain ? Entrez et suivez l’aventure de ce team franco-belge !

Le Maya Mountain Adventure Challenge au Bélize

Le Belize est un pays d’Amérique centrale, bordé d’un coté par la mer des Caraibes et retenu de l’autre coté par la jungle. Ceux qui étaient fan du dessin animé « Les Mystérieuses cités d’or » ont encore en tête les images de cette jungle à la fois magique et hostile qui renferment les ruines et les secrets mayas. Sauf que nos 4 aventuriers ne partent pas courir après Esteban, Zia et Tao !

Le Maya Moutain Adventure Challenge (nous utiliserons l’abréviation MMAC) est un raid multisports de 480 kilomètres avec du trek, du kayak et du VTT.  Les températures devraient varier entre 35 degrés le jour, et plus ou moins 10 degrés la nuit.  C’est sûr, les 4 compères devraient voir du pays, le Bélize étant connu pour sa pyramide tronquée, les sites archéologiques de Lamanai et Altun Ha, tous deux proches de l’ancienne capitale, Belize City. Mais qui compose l’équipe ?

La team Adeorun Adventure pour le Bélize

En raid, les équipes sont composées de 4 personnes (dont une femme). L’équipe Adeorun Adventure pour le Maya Moutain Challenge est représentée par (de gauche à droite)

  • Daniel Dupouy, 48 ans, ingénieur
  • Rémi Crété, 48 ans, pharmacien
  • Stéphanie Blockx : 38 ans, médecin généraliste
  • Raphael Raymond, 38 ans, expert comptable

Programme du Maya Mountain Adventure et suivi live

A chaque fois que vous voyez un chiffre, multipliez-le par 1.6 ! Les distances sont affichées en miles ! Nos 4 aventuriers commenceront donc par 35 km de canoé (rien que ça) puis 60 km de vélo et de nouveau 35 km de kayak (gloups). Ils seront alors au PC3 et il n’en restera plus que 6.

 

Mardi 13 mars

Belize 2018. Voici le compte-rendu de notre aventure, aussi chaud que le climat à San Ignacio
Tout se déroule bien pour notre arrivée et mieux qu’en 2016, tous nos bagages sont là !

Nous reprenons vite nos habitudes, repas dans les restaurants locaux, savoureux et pas chers. Check matériel (quelques soucis mécaniques sur les VTT), achat de nourriture pour la course, achat des matelas gonflables qualité chinoise pour la section rivière souterraine, préparation des sacs et des trois caisses pour les différentes sections, sac cordes, sac packraft, etc. Bref la logistique un peu chiante mais classique sur les ARWS.

Après un briefing assez dense, nous touchons les cartes et commençons à tracer. Sur le papier ça paraît toujours assez simple : il n’y a qu’à prendre ce chemin (en fait sur le terrain soit le chemin n’existe pas, soit il en existe 15 exemplaires). C’est pour cela que nous parlons plus de navigation que d’orientation.
Pour le tracé général de la course, globalement nous nous élançons pas loin de la frontière avec le Guatemala pour traverser tout le Bélize jusqu’à la mer et revenir par une grande boucle en passant par la jungle et la savane.
Dimanche 25 février midi nous voici sur la ligne de départ de San Ignacio sous un soleil de plomb avec la douzaine d’équipes engagées sur cette première manche de coupe du monde de l’année.

Section 1. Canoë 35km. Dimanche 12h

Départ en masse à pied pour récupérer les bateaux. Rémi et Raphaël nous prennent deux canoës avec sièges tressés, confortables, bon choix dans la pagaille du départ où tout le monde court dans tous les sens.
La rivière est large avec du courant, ça avance. Doucement les équipes de tête nous distancent mais moins que nous ne l’aurions imaginé.
Pour garder Stéphanie et Rémi dans la vague nous accrochons les canoës. A deux ou trois reprises par manque d’anticipation (deux bateaux accrochés ne se manœuvrent pas comme un seul canoë) nous nous retrouvons en vrac. Il fait chaud mais sur l’eau c’est facile de se rafraichir, la section se passe agréablement.

Section 2. Vtt 65km. Dimanche

C’est une boucle avec balise en ordre libre. Nous choisissons d’attaquer par le sud pour arriver avant la nuit à une balise placée dans la forêt au bord d’un cénote.
Sur le chemin nous voyons Susan à terre bien éraflée victime d’une chute en VTT sur cette piste hyper roulante. Pas cool pour les suisses de Powerbar. Heureusement Susan est une guerrière et va repartir en serrant les dents.
En sortant du poste nous croisons les équipes de tête qui tournent dans l’ordre inverse : Bones devant et à 15 minutes Naturex et les bip bip d’Agde. Cool de voir les frenchies qu’on encourage.
Pour aller à la balise suivante, nous abandonnons l’idée de prendre la trace dans la forêt rajouté sur la carte à la main par l’orga, et choisissons de prendre la route, plus long mais au moins on sait que ça va rouler. Bon choix, confirmé après discussion avec les autres équipes à la fin de la course.
Les autres balises s’enchaînent bien et nous voilà revenus aux canoës.
Pour cette section il faut repartir avec nos VTT dans les canoës. Vigilance pour bien les accrocher, ne pas les faire dépasser ni tremper dans l’eau et les mettre pour qu’on puisse continuer à pagayer sans venir buter dessus avec les pagaies.

Section 3. Canoë 35km. Dimanche 20h40

Changement des équipes, nous mettons superman Raphaël avec Stéphanie.
La nuit est magique, chaude, silencieuse et bruyante à chaque fois que les singes hurleurs poussent leurs cris.
Quelques arbres ont troqué leurs feuilles contre des oiseaux blancs phosphorescents qui s’envolent lors de notre passage. On craint de se faire attaquer par les fientes, et par chance aucun incident à déplorer.
Il faut rester vigilant sur ces sections qui paraissent simples. Nous apprendrons que Powerbar s’est accroché à un arbre qui les a déséquilibrés et envoyés à l’eau. Le canoë et les VTT ont même sombré ce qui les a obligés à attendre les secours et l’orga pour pouvoir les récupérer.

Section 4. Vtt 45km. Lundi

La fraîcheur de la nuit fait du bien, les corps peuvent ainsi récupérer.
Avec Stéphanie nous faisons une belle orientation sur cette section menée à bon rythme. Premier passage de rivière un peu profonde avec le vélo. Au moment de s’y lancer avec quelques hésitations, on ne se doute pas de la longue série qui nous attend!
Seul incident à déplorer, un chiffon qui se coince dans le dérailleur de Raphaël et sa chaîne casse. 20 minutes pour réparer mais malgré tout nous finissons cette section à la troisième place.
Agde a perdu un temps précieux sur l’une des balises.

Nous arrivons avec 1h30 de retard sur la tête de course, vers la fin de la dark zone donc transition sans repos. Epreuve surprise, il faut remplir un formulaire J, pour le passage dans ce lodge avec quelques cookies et café à volonté.

Section 5. Trek rappel spéléo 75km. Lundi 4h28

C’est bien chargés que nous entamons cette grosse section avec tout le matériel plus hamac et gilet de sauvetage, direction un cénote pour un rappel de 400 à 500 pieds (dit comme ça cela paraît beaucoup, mais en fait cela ne fait que 130 mètres).
En route nous voyons Bones qui vient de finir son rappel et plonge sur la suite de la section. Un peu plus tard à une croisée de chemins c’est Naturex qui pointe son nez : allez les frenchies !
Arrivés sur le site grandiose, nous enfilons les baudriers pour ce rappel pendulaire, très haut et somme toute, très tranquille avec un contre assurage de l’organisation. Magnifique.
Un petit tour au fond du cénote, puis remontée par quelques échelles et retour au travers des orangeraies et cheminement jusqu’à l’entrée de la rivière souterraine.
Nous gonflons nos matelas, mangeons un lyophilisé et nous voilà dans les méandres souterrains de cette rivière. De nouveau grandiose, l’eau est à peine fraîche, le courant nous emmène : les vacances quoi !
Par endroits le courant est vif et nos matelas touchent le lit de pierres du fond de la rivière. Par sécurité nous faisons le choix de nous relever et marcher, ce qui demande quelques efforts et s’avère bien moins rapide que de se laisser glisser. Raphaël est joueur et prend le risque de passer les rapides en restant sur le matelas. Pschitt … Il finira toute la section en nageant et courant sur les berges. Quelle forme!
Les bip bip d’Agde, mieux équipés, nous rattrapent et nous posent sur ce tronçon. Comme nous, ils ont le sourire
5 grottes et passages souterrains nous attendent pour une longueur d’environ 10 à 12 km.

A la sortie de cette rivière, nous donnons nos matelas à une famille locale. En demandant un peu d’eau, nous verrons alors à l’arrière de leur maison la collection de matelas et body surf laissés par Naturex et Agde.
La chaleur tape, l’itinéraire d’abord plat et rectiligne, devient fort sympathique avec l’entrée dans la forêt: sentiers à peine visible dans la jungle, traversées de grottes, ruisseaux pour faire le plein d’eau et le plein de moustiques. Nous sommes dévorés. Cela fait plaisir de voir que des êtres sur terre nous aiment bien.
Agde jardine un peu, nous revenons sur eux ce qui nous donnera l’occasion de passer un bout de cette section ensemble à suivre le cheminement au gré des rubans et des coups de machette sur les arbres.
Les moustiques et autres puces sifflent à nos oreilles et s’en donnent à cœur joie sur la peaux tendres des garçons. La nature est hostile, pas nous. Steph a choisit des vêtements longs adaptés soleil/moustique: choix gagnant, on note pour la prochaine fois.
La progression se fait tranquille jusqu’au CP 15. Puis quelques lieux plus tard, nous bloquons sur un dernier ruban de balisage qui devait nous montrer une sente menant au CP 16. Mais cela ne mène nulle part. On jardine de tous les côtés, au sud, au nord, on traverse une première fois la rivière, on revient en arrière, il se met à pleuvoir. On refait trois fois les chemins autour et après de nombreux allers et retours, nous décidons de prendre un grand chemin qui fait tout un détour de plus de 13 km. Prix à payer quand on n’arrive pas à trouver son raccourci.
Au débrief de course nous apprendrons que nous avons tous galéré sur ce passage et fini par le même choix d’itinéraire.
Bip bip d’Agde nous lâche. On fait un petit dodo sur le bord de la route.
Quelques heures plus tard, enfin à l’approche de la balise 16, nous voyons Agde revenir vers nous, ils en ont marre de jardiner sans trouver le CP. On se croise, ça donne à Christine l’occasion de passer une soufflante à ses troupes. Ils font demi-tour et repartent avec nous à l’assaut du poste.
Un CP au bord d’un plan d’eau au milieu de rien. Au milieu de la jungle, Rémi est animé d’une inspiration mystique, bien joué!
Demi-tour et retour vers le prochain AT. On se régale avec un repas préparé par les cuisinières locales et on se décide pour dormir 30 minutes.

Section 6. Vtt 130km. Mardi 8h58.

Le début est assez simple, suivre la route J mais il fait chaud et je prends un nouveau coup de chaud sur la tête, les côtes sont dures. On fait une petite erreur en prenant un chemin trop tôt, on se rend compte qu’on n’a pas assez dormi au TA et on s’arrête de nouveau pour une courte sieste. Sur le suivi, les gens se demandent ce qui se passe, rien de grave!
Nouveau départ, meilleure attaque, nous nous dirigeons vers la fin du verger là où l’organisation nous a dit qu’il fallait un peu « naviguer ». En fait nous allons franchement galérer.
Première tentative on traverse la rivière, cheminons sur des chemins avec des traces de VTT, puis plus rien. Demi-tour autre tentative. On retraverse la rivière, au bout du verger pas d’issue juste un peu de jungle. Nouveau demi-tour, nouvelle traversée de rivière, même galère. Retour au bout du verger, nouvelle tentative. La jungle nous semble trop dense à passer avec les VTT surtout qu’il faudrait faire deux ou trois kilomètres minimum. Nager dans la rivière avec les VTT est une option qui s’offre à nous mais que trop rationnellement nous rejetons.
Après avoir tourné pendant plus de 3 heures, couilles molles, on reste bloqué devant la jungle et la rivière. On a manqué d’imagination et d’engagement sur ce coup-là. Il faudra progresser sur ça.
Bref demi-tour et on prend 3 km de route interdite sachant que nous aurons une pénalité.

Cela redevient un jeu d’enfant de trouver le bon chemin et reprendre notre progression jusqu’au CP 19 qui est un aller retour.
La lecture de carte n’est pas trop difficile, il faut juste rester concentré notamment sur les distances parcourues.
Ouvrant la route, Steph saute un branche et se retrouve « roue à nez » avec un serpent de bonne taille, ils sont tous les 2 aussi surpris l’un que l’autre: aïe, plus le temps de freiner! Sur son élan et un coup de pédale plus appuyé, elle ne peut l’éviter complètement et lui roule sur le bout de la queue en donnant l’alarme. Rémi qui arrive juste derrière, freine des 4 fers et prend ses jambes à son cou en abandonnant son vélo. Le serpent n’est pas content mais disparait sans demander son reste…pauvre bête.
20 traversées de rivières plus loin, nous croisons Agde qui vient juste de prendre le poste suivant.
Voyant que nous sommes très proches d’eux, l’euphorie nous neutralise une partie des neurones.
Après avoir longé un début de verger, Stéphanie s’arrête et nous indique qu’il faut descendre à la rivière et la longer jusqu’à la cascade. Je lui demande si elle vraiment sûre, elle me dit que oui et qu’elle a vu le panneau. Bêtement je m’arrête là dans mon check pour s’assurer de ce que nous nous apprêtons à faire, je jette un trop rapide coup d’œil sur la carte où je vois qu’il faut longer la rivière jusqu’à la balise.
Nous commençons notre remontée de rivière en chaussures VTT dans les blocs rocheux. La progression est lente et au bout d’une heure on commence enfin à se reposer des questions, Rémi nous dit qu’il y a un problème, je regarde la carte et effectivement nous aurions dû traverser un autre bras et en tout cas, il faut être sur un chemin …
Demi-tour et nouvelle heure dans les rochers. Nous reprenons nos VTT pour se recaler. Le fameux panneau qui dans mon esprit quand je pose la question aurait dû se trouver là où nous avons laissé les VTT pour indiquer de descendre, se trouve en fait 400m plus bas et indique le chemin mais ne dit pas de descendre. Nous reprenons donc la trace, passons l’endroit où nous avions laissé les VTT continuons à longer le verger jusqu’à la fin et là nous posons les VTT au bon endroit pour prendre ce fameux chemin en trail le long de la rivière, jusqu’à une très belle cascade, impressionnante de puissance pour nos cerveaux un peu embués par cette troisième nuit de course .
De l’énergie et 3 heures de perdues … Raphaël y laisse ses chaussures VTT et j’y laisse mes pieds. Et au suivi tracking : qu’est-ce qu’ils font, ça n’avance pas vite !? Surtout que dans cette vallée assez encaissée, les ondes gps rebondissent et donnent l’impression que nous tournons autour de la balise, dommage, on ne saura jamais si dans la rivière on a fait demi-tour loin de cette fameuse cascade.
Triple peine donc. D’autant plus que nous arriverons au TA suivant au moment où l’organisation constate que les 3 équipes devant nous galèrent sur le CP 24 et n’arrivent pas à s’en sortir dans la jungle. Du coup, elle décide de shunter les équipes suivantes. Cette boulette de la nuit nous aura probablement définitivement fait perdre le contact avec les 3 équipes de tête.
La suite de ce VTT n’est pas super compliquée, les chemins cartés sont bien sur le terrain, tout comme ces petites montagnes que nous contournons sans faire un mètre de dénivelé, posées qu’elles sont comme des pions sur un plateau de jeux. Raphaël est toujours en forme alors j’en profite pour m’accrocher et le fatiguer un peu. Pas suffisamment apparemment J

A la fin de cette section, grand luxe, nous pouvons prendre une douche et rincer les vélos au grand soulagement de la mécanique qui commençait à couiner grave. Nous apprenons tristement que cette dernière section de jungle, nous ne pourrons y accéder. Dommage car c’est notre point fort, il y a deux ans nous étions venus nous y entraîner et nous pensions vraiment faire la différence sur cette section. Les équipes de tête on vraiment de la chance qu’on soit shunté !

Section 7. Trek 30km.

La route sous un soleil de plomb pendant 25 km: j’ai des ampoules sous tous les doigts de pieds et aux talons. Venir au bout du monde pour marcher sur une route et avoir mal, c’est assez frustrant. La plante des pieds commence aussi à se décoller à force de marcher à plat. Les camions nous frôlent, quelques voitures s’arrêtent, leurs occupants curieux de comprendre ce que nous sommes en train de faire là avec nos dégainent de survivants.
Un arrêt chez une habitante pour manger ses nachos nous remontera le moral, d’autant plus que c’était « super meilleur » que les lyoph ou autre barre.

Pendant que les potes galèrent dans la jungle, nous marchons dans le bas-côté de la route au soleil. Une orientation plutôt simple: tout droit jusqu’à l’horizon.
Un moment pas ludique du tout, un arrêt au stand pour acheter des boissons et c’est reparti pour une dernière ligne droite pour retrouver nos VTT.

Section 8. Vtt 60km

Nous progressons pas mal en navigant plus qu’en orientant, il manque beaucoup de chemins sur la carte et ceux que nous voyons sur la carte ne sont pas toujours sur le terrain. C’est troublant mais au moins c’est amusant et ça pousse à sélectionner les éléments qu’ils soient sur la carte ou sur le terrain et amène à gérer plus la boussole et les distances.
Les côtes défilent et dans une longue descente je commence à me dire que ça roule assez vite. Dans cette nuit éclairée par la lune nous prenons quand même des risques à cette vitesse, on ne sait jamais comment les chemins peuvent évoluer ou contenir comme embûches. Hasard des choses, à peine ai-je eu ces pensées que je vois Raphaël s’envoyer en l’air. Un passage dont la boue a séché, a laissé place à de belles rigoles contre lesquelles les pneus de Raph sont venus frotter.

Par chance pas de blessures, juste un pneu déjanté, un pneu comme nous d’ailleurs à cette heure tardive J
On essaie de regonfler mais trop dur de claquer le pneu avec nos pompinettes.
Je me lance sur un coup de bombe anti crevaison, ça ne sert à rien.
Ce sera la chambre à air …
Nous repartons toujours sur un bon rythme.
Le sommeil me gagne grave. Les micros sommeils se succèdent, entre deux instants où le cerveau se reconnecte je ne suis pas au même endroit. Et quand le groupe s’arrête je leur rentre dedans, et oui quand on dort en roulant on voit pas que ça freine devant.
Stéphanie nous emmènera de main de maître jusqu’à la grotte que nous avions déjà visitée il y a deux ans.
Le cheminement paraît simple mais les bip bip d’Agde y laisseront 3 heures de jardinage et de visite des alentours.
Naturex et Bones sont en train de dormir.

Le Cp 26 est au fond d’une grotte que l’on rejoint en canoë en aller-retour. Nos cerveaux fatigués s’amusent à transformer les formes des magnifiques concrétions qui pendent au plafond.

3h du mat, les premiers repartent.
Nous voyons Julia et lui indiquons que nous avons pris un bout de la route interdite. Je comprends de son fichier excel qu’elle nous retire une balise. Pénalité temps ou balise, c’est normal que nous soyons pénalisés.
S’ensuit une longue discussion avec Julia, les brésiliens de Tubaina, DSN 74 et nous car l’orga craint que nous n’ayons pas le temps de boucler le packraft vu que presque toutes les sections ont pris plus de temps que prévu pour les équipes de tête et qu’à ce stade nous commençons à être fatigués. Mais elle nous laisse la responsabilité de choisir.
Comment s’effectuera le classement ? Elle nous indique au nombre de balises mais si nous arrivons après la barrière horaire de 17 heure, nous serons hors course.
4h30 du mat, c’est clairement trop tard pour partir, la décision est officiellement prise de shunter la section, l’une des plus belles probablement, mais le risque d’être hors délais est trop grand.

Arrive alors un premier bip bip d’Agde, c’est Anto. Complètement hagard transpirant, à bloc : ils sont où les autres ??? Ça fait 3 heures qu’on tourne en rond, je me suis fait tirer dessus. Instant surréaliste … et adorable 😉
Puis un à un les autres bip bip arrivent.
On leur explique le topo et le classement.
Nous décidons alors de faire une pause et repartir en VTT ensemble au petit matin pour rejoindre l’arrivée.
Au passage nous leur indiquons que nous allons chercher une balise. Eux qui ont pris les deux balises du trek de la jungle où nous avons été shuntés préfèrent filer tout droit à San Ignacio. Si nous prenons une balise, ils auront toujours une balise d’avance.

Nous arrivons à San Ignacio peu après 13h et rejoignons l’hôtel au terme de cette belle aventure qui aura duré une centaine d’heures. Doug et Julia nous accueillent, c’est toujours un moment émouvant surtout quand les organismes sont bien entamés.
Ce fut une belle course d’équipe ponctuée de belles rencontres notamment avec les bip bip (pourquoi les bip bip : tout simplement parce qu’ils sont tellement rapides, qu’ils peuvent rattraper les deuxièmes, venir voir les quatrièmes, repartir et passer premiers, puis redescendre en quatrième place pour remonter sur la troisième marche, trop forts, trop rapides).

La remise des prix est dans moins de 3 heures, nous faisons rapidement nos caisses VTT et préparons les bagages pour filer le lendemain matin vers l’aéroport.
Nous nous installons avec les potes de Powerbar, Agde et Naturex. C’est un repas super cool avec des raideurs et raideuses que nous avons appris à connaître, merci les ARWS J
Puis à l’annonce du podium, alors que dans nos têtes le classement était clair, Julia appelle Adeorun à la troisième place.
Impossible pour nous de se lever, incompréhension totale. Le temps passe, interminable, grand blanc.
Nous finissons quand même par nous lever et recevoir cette médaille que nous ne méritons pas.
Naturex et Bones viennent aux premières et deuxièmes places, les photos sont faites.
Nous demandons alors à Julia des explications. La balise mal placée de la jungle a été annulée et neutralisée, ce qui fait que nous avons le même nombre de balises mais deux heures d’avance sur Agde puisque nous n’avons pas perdu de temps comme eux dans la dernière jungle, du coup nous sommes 3èmes.
Cela nous paraît injuste et je pars discuter avec le juge des ARWS. J’apprends que finalement Julia ne nous a pas mis la pénalité pour la route et que le tracker ne nous voit pas sur la route interdite. Du coup le juge n’a pas voulu mettre de pénalité. Je lui confirme bien que nous avons pris la route interdite et que nous devons être pénalisés. Petite discussion avec les potes d’Adeorun et nous rendons les médailles qui doivent revenir à Agde. Notre pénalité sera de 4 heures ce qui permet à Agde de reprendre sa troisième place méritée.

Que de péripéties même une fois la ligne franchie J

Vendredi 2 mars

Bonne récup’ ! On revient très vite pour publier le CR complet de l’équipe !

Jeudi 1er mars

20h en France

Après 100h de course, ils sont là : ils en ont fini avec le Maya Mountain Adventure Challenge ! On va les laisser se reposer (et profiter d’une bonne Belikin Beer). Nous aurons l’occasion de diffuser leur CR prochainement ! Nous sommes fiers de vous la team, vous nous avez fait vibrer pendant ̶3̶ ̶j̶o̶u̶r̶s̶, 4 jours (peu importe on avait plus la notion du temps) ! Une grosse pensée pour Jean-Da qui a veillé sur eux toute la course.

Jeudi 1er mars

14h00 en France

Bientôt 100 heures de course. La team est en route pour le poste 27. Fini le vélo, place au dernier treek + packraft. Il ne reste plus qu’une seule team en full course. Trop de rebondissements sur ce raid ! Est ce que Agde Raid Aventure shunte la fin ?

Edit 16h30 : en fait, toutes les équipes sont envoyées directement à l’arrivée, privé du trek et du packraft : on en saura plus à l’arrivée. Seules les américains Bones et les frenchies Naturex auront la full course. Agde Raid Aventure devrait jouer la 3ème place et rallie aussi directement l’arrivée sans faire le trek

Pendant ce temps là, à Véra Cruz en Nouvelle Zélande

Un autre copain de l’équipe vient de prendre le départ du GODZone Adventure. Nos 4 aventuriers auront sans nul doute une pensée pour leur pote Aurélien Penneman qui vient de signer pour 10 jours d’aventure en NZ !! 

Jeudi 01 mars

11h30 en France

En approche du poste 26, toujours sur le VTT. Cela va faire 90 heures qu’ils sont sur le terrain !! Les cartes du prochain trek doivent déjà en faire trembler plus d’un. Allez la team, c’est la dernière ligne droite !! https://yb.tl/mmac2018

Mercredi 28 fev

Minuit en France

Arrivés brillement sur l’AT5, nos raideurs ont visiblement rencontrés quelques difficultés sur le gros VTT et sont arrivés trop tard pour partir sur les CP 23 et 24. L’organisation les a redirigés vers l’At7 par le Sud. Seuls Bones, Naturex et Agde ont pu se lancer sur cette partie dantesque au vu des temps de parcours. Ils sont arrivés sur la Darkzone juste avant 00h (heure locale). Toutes les équipes sont autorisées à reprendre la course à 3h00.

Mercredi 28 fev

21h30 en France

Plusieurs équipes sont arrivées trop tard à l’aire de transition TA6 est ont été redirigées directement au CP 25 les obligeant à shunter les CP 23 et 24 après le VTT. Dont nos 4 raideurs. Allez courage !! Ce n’est pas terminé !! Découvrez des photos de l’équipe , ils sont en pleine forme !! 

Mercredi 28 fev

09h00 au Bélize, 16h00 en France

Nos aventuriers ont passé la nuit sur le vélo, à couvrir très peu de distance alors que la piste semblait bien roulante. Arrêts volontaires pour dormir ? Petit problème physique ou mécanique ? Rassurez-vous, ils avancent. Après la petite boulette d’hier sur les deux cartes ci dessous, ils sont restés bloqués au niveau de Hope Creek puis quasi statique à Mullins rivers pendant 3 ou 4 heures alors qu’il n’ avait pas de balise. Si jamais c’est volontaire (sait-on jamais), ce n’est pas idiot car ils vont pouvoir aborder le prochain trek de jour, et celui ci à l’air démoniaque notamment au niveau du poste 23. Certains ont parié sur un caca mou de Daniel, d’autres pensent qu’ils se sont arrêtés faire une séance de gainage. Blague à part, cela fait maintenant 12h00 que Naturex a passé la balise 23 et qu’elle cherche le sentier pour rejoindre la 24. Ils ont été rejoint par Agde. L’équipe Bones a elle aussi galéré une partie de la nuit mais a fini par trouver (elle s’envole maintenant vers le poste 25). Il y a 6 heures, on se disait que l’écart était vraiment trop important mais maintenant, voyant le point violet ADEORUN arriver vers la fin de la section VTT, on se dit que tout est encore faisable ! Ils sont toujours en course !!!  On aurait envie de crier à Rémi de passer par le sud longere la Western Hwy pour rejoindre le poste 24 (comme Good nuff DN94) !!  De jour, cela ne sera pas la même histoire que les 3 pauvres teams Bones, Naturex et Agde, (qui ont galéré toute la nuit).

Voici les deux prochaines cartes qui vont être décisives pour nos 4 amis : carte 1 trek /  carte 2 trek  C’est entre le poste 23 et 24 que les équipes de tête ont perdu plusieurs heures. A cette heure ci, Agde et Naturex y sont encore, tandis que l’équipe ADEORUN est en approche de la zone de transition 6. Tout est faisable, c’est la magie du raid !!! Réponse dans quelques heures !

Mercredi 28 fev

02h00 au Bélize, 9h00 en France

Le team semble à l’arrêt, je ne sais pas pourquoi ? Problème mécanique ? Dodo ? GPS défaillant ? Affaire à suivre. En attendant, voici quelques photos de la journée 2, on comprend pourquoi la progression peut être vraiment lente sur certaines portions ! Allezzzz !!!

Mardi 27 fev, petit couac à VTT ?

Il est 23h20 quand je découvre qu’ils ne sont plus sur le bon cap. Agde semble s’être échappé en direction du CP19. En regardant les cartes, je me dis qu’ils ont du avoir du mal a faire la correspondance,  pas évident ! A vous d’essayer -> map 9 / map 10. Allez la team !!

Edit : 00:00 en France, c’est corrigé, l’équipe repart de plus belle ! 

Mardi 27 fev

14h00 au Bélize, 21h00 en France

Comment font-il pour manger sur le Maya Mountain Adventure Challenge ? Après 48h d’effort, l’équipe ne peut plus vraiment compter sur les talents de chasseur de Rémi Crété pour s’alimenter. Encore moins sur les talents de pécheur de Daniel Dupouy ! Ils ont donc préféré miser sur les lyophilisés ! C’est donc l’occasion de remercier Lyophilise & Co, leur partenaire qui va se rendre compte que le slogan « bien manger en toute circonstance » colle parfaitement au projet de la team ! Grâce à eux, les membres de l’équipe mangent entre autre des macaronis au fromage, du ragoût de bœuf-pommes de terre, des lentilles au jambon, des céréales aux morceaux de mangue (oui oui) etc…et tout ça au milieu de la jungle !! Bon appétit, et bonne route les gars !

 

Mardi 27 fev, le résumé du Jour 2

13h00 au Bélize, 20h00 en France

A 5h du matin, les équipes qui étaient arrivées dans la Dark Zone ont quitté l’AT4 pour s’engager sur le trek et avec cordes. Etaient concernés Bones, Naturex, Good’nuff et AdeoRun. Bones et Naturex ont eu le temps de dormir un peu, mais les deux autres n’ont pas eu cette chance.

La piste qui montait vers le sommet était assez étroite et raide, et glissait un peu. Une fois au sommet, la vue était exceptionnelle. Au moment où le soleil se levait, la jungle s’ouvrait à plus de 400 pieds de profondeur.  Les raideurs ont rapide et libre dans le fond, puis a traversé le bord de l’évier jusqu’à une bouche grotte gi-normus qui semblait prête à avaler le monde. . Ils attraperaient un point ici avant de continuer à l’échelle (oui – une échelle en métal) pour sortir du trou d’évier. De là, c’était une promenade de 9 milles (chaud) à travers le verger à l’entrée de la grotte.

La nage souterraine de 7 miles (sponsorisée par Caves Branch Lodge), était une occasion unique pour les coureurs de pagayer / nager à travers une rivière souterraine avec de l’eau cristalline et de hauts plafonds. De temps en temps, une fenêtre dans le rocher laisse également entrer les jaunes et les verts de la canopée de la jungle avec la lumière du soleil illuminant l’eau bleue pour une expérience vraiment belle. L’eau fraîche était aussi une bonne occasion pour les coureurs de se rafraîchir de ce qui se révélait être une journée super chaude.

Mardi 27 fev

11h30 au Bélize, 18h30 en France

Message publié par la FFTRI Raids :

Naturex est toujours en tête 👏👏Adeorun et Agde Raid Aventure font un bon dodo à la transition avant de reprendre les vélos. Adeorun vient de repartir sur la section vtt L’équipe de DSN74 n’a, semble t’il, pas le CP16…le replay montre une trace qui passe à côté… est ce parce la balise a cessé d’émettre un temps et donc que le tracé est tronqué ? Du coup qui est en 3ème position ? l’équipe brésilienne avec DSN74 ou toujours un ou les 2 teams français ???? that is the question 🤔🤔

Mardi 27 fev

09h00 Bélize, 16h00 en France

C’est le petit matin sur le Maya Mountain Adventure Challenge ! Ce poste 16 aura fait des ravages mais les 4 teams de tête s’en sortent ! On voit bien qu’ils ont tous essayé de trouver cette petite trace pour taper le poste par le nord, en vain.La team Adeorun Adventure est toujours en compagnie de Agde Raid Aventure, devant Bones et 2h devant encore le g roupe de tête Naturex. Un peu de repos bien mérité pour Rémi CrétéStéphanie BlockxRaphaël Raymond et Daniel Dupouy qui vont maintenant pouvoir attaquer le morceau suivant : 120 km de VTT, avec un profil plutôt roulant (du moins au début).  Voir le replay 

Mardi 27 fev

02h00 Bélize, 9h00 en France

Il est bientôt 3h du matin sur le Maya Mountain Adventure Challenge, ils sont toujours sur le trek, la progression semble vraiment lente (et cela pour toutes les équipes). Quelques photos de l’équipe. Ils sont actuellement 3e et 4e avec Agde Raid Aventure. Il est compliqué pour nous d’avoir des infos via le tracking

Lundi 26 fev

midi au Bélize, 19h00 en France

Nos gaillards sont toujours sur la section de trek dans la jungle, ils ont l’air d’être sortis de la partie « rivière souterraine » derrière ou avec Agde Raid Aventure. Ces dernières heures, les traqueurs nous jouaient des tours car ils étaient dans une rivière souterraine. On espère avoir plus d’infos avant le début de leur seconde nuit. Cette image par contre date d’hier, c’était sur la première section VTT ! La vidéo est en ligne 

Lundi 26 fev : fin de la première nuit sur le Maya Moutain

Il est 6h du mat’ sur le Maya Mountain Adventure Challenge ! A l’instar des deux équipes de tête (Team Bones Adventure Racing et 400 TEAM Naturex), nos 4 aventuriers viennent de s’engager sur la 5ème section : un trek dans la jungle, avec une partie de grimpe et de nage souterraine ! En route vers le CP 10 et 11 : un gros dossier pour bien démarrer cette nouvelle journée ! Allez la team ! Le suivi live sur -> https://yb.tl/mmac2018

Lundi 26 fev

08h00 en France, 01h00 au Bélize

L’équipe avance bien. 6ème à la sortie de la première section, ils ont vite enchaîné l’épreuve de VTT (très roulante apparemment). Il est bientôt une heure du matin sur le Maya Mountain Adventure Challenge, l’équipe en maintenant en fin de 3ème section (canoé avec leur VTT dessus).

25/02/2018 : entre AT1 et AT3

25/02/2018 : vidéo de l’équipe

25/02/2018 20h00 : la vidéo du départ

https://www.facebook.com/MayaMountainAdventure/videos/1192910800842971/

25/02/2018 : c’est parti !

19h00 en France, midi au Bélize ! C’est parti pour nos frenchies-belges ! C’est le point violet sur le suivi live, ils sont partis sur la première section 35 km de canoé ! Ensuite il y aura une boucle VTT de 60 km  puis on repartira du même endroit pour de nouveau 35km de canoé !

25/02/2018 : départ imminent

Il est 18h00 en France, 11h au Bélize. Le lien pour les suivre en live est sur https://yb.tl/mmac2018

Rémi nous a envoyé son analyse, à le lire ça parait simple !

– 1er canoé : départ en masse
– puis 2 sections VTT : ordre choisi 2/3/4 à l’inverse de Naturex qui feront 4/3/2.
– Ensuite 3ème section canoé avec les VTT dessus.
– 4ème section VTT, RAS
– 5ème section trek avec rappel de 150 et nage en rivière sous-terraine, et grosse distance en forêt
– 6ème section : gros VTT
– 7ème section : un trek
– 8ème section VTT avec un grosse dark zone entre 13h et 3h00 du mat à gérer
– 9ème trek avec packraft et pas mal de portage, puis ensuite finish ! On se retrouve sur la ligne d’arrivée

25/02/2018 : l’équipe découvre les cartes

C’est le moment tant attendu, les teams vont savoir à quelle sauce elles vont être mangées. Pas moins de 17 cartes sur lesquels ils vont évoluer pendant les 4 prochains jours, en canoé, à pied ou en VTT ! Les neurones vont déjà se mettre en marche pour trouver les meilleurs choix d’itinéraires. Découvrez toutes les cartes

25/02/2018 : contrôle matériel

L’heure est aux derniers réglages : contrôle matériel, préparation, repos : Le départ du Maya Mountain Adventure Challenge sera donné dans 7 heures ! Au passage un coucou aux 400 TEAM avec qui l’équipe a pu fraterniser !!

24/02/2018 : repos et visites

Nous sommes à 24h du départ, mise en ambiance Maya. A votre avis, quel est cet engin jaune et quand sera t-il utilisé sur le raid ?

23/02/2018 : première bière premiers pas au Bélize.

L’équipe est en approche du Bélize ! Le calme avant la tempête, le bon moment pour vous présenter un des partenaires du team ! Souvenez-vous, en janvier dernier, Stéphanie Blockx invitait ses coéquipiers français Daniel DupouyRémi Crété et Raphaël Raymond pour un week-end entrainement à travers les Ardennes. Au bout d’une bonne première journée mixant VTT, CO et D+ entre Remouchamps (vous savez la célèbre côte de « la Redoute ») et le point culminant de la Belgique, l’accueil de Cindy et Xhavier à Soorbroodt leur a bien réchauffé le cœur (et le bout des orteils). Après une nuit passée dans un des magnifiques apparts en construction de la boîte de Cindy, ils étaient prêts pour une 2ème journée à travers la vallée de la Hoegne et le pays de Spa. L’histoire avec Cindy Gazon ne s’arrête pas à quelques bières et des éclats de rire. Ils sont super fiers et heureux de compter l’entreprise Gazon-Schoonbrood SA comme l’un des partenaires pour cette saison 2018. Merci à eux : l’équipe emmènera donc partout avec elle un petit bout de l’est de la Belgique http://www.gs-construction.be/

21/02/2018 : Décollage imminent

Déformation professionnelle : Rémi n’a pas pu s’empêcher de vérifier l’Azimut distance du pilote. C’est validé : à demain les amis ! Embarquement immédiat pour le Bélize et son Maya Mountain Adventure Challenge !

20/02/2018 : l’équipe se rejoint

Les troupes se regroupent. Demain décollage pour l’Amérique Centrale et son Maya Mountain Adventure Challenge : un raid de 450 km dans la jungle du Bélize ! Ce soir, une rapide présentation de l’équipe et du raid ! Bon vol à Stéphanie BlockxDaniel DupouyRémi Crété et Raphaël Raymond

18/02/2018, l’équipe se prépare

Cette semaine va marquer le début d’un beau périple pour la team Adeorun Adventure : l’équipe composée de Stéphanie BlockxRémi CrétéDaniel Dupouy et Raphaël Raymond s’envolera mercredi pour le Maya Mountain Adventure Challenge au Bélize ! L’heure est aux préparatifs !

 

Jérémy Vaucher
Jérémy Vaucher
Entre courir et écrire, mon cœur balance. D'ailleurs c'est souvent quand je cours que je pense à ce que je vais écrire : en général ce sont des tutoriels pour les coureurs, des tests de matériel ou des astuces pour aider l'organisateur à mieux organiser son trail, raid multisports ou tout autre type d'événement.

1 Comment

  1. philippe dit :

    merci Jerem pour cette belle page
    a+
    Philippe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *